Description des cours et séminaires

De la peur des éléments déchaînés à la culture du risque: la gestion des risques naturels dans l'arc alpin (XVIe-XXe siècles)

Présentation brève
Dans les Alpes, comme dans tous les milieux extrêmes, les contraintes topographiques, hydrologiques et météorologiques sont particulièrement fortes. Depuis des siècles, les populations alpines ont appris à vivre avec le risque de la catastrophe naturelle. Le séminaire se propose de comparer différentes situations de risque (avalanches, éboulements, inondations) pour mettre en évidence des manières différentes de réagir aux calamités. Passivité, résignation ou, au contraire, élaboration de stratégies de gestion du risque, telles sont les attitudes que l'historien peut observer à l'aide de séries de sources (les récits des catastrophes naturelles notamment) parmi lesquelles on portera une attention particulière aux documents iconographiques. La période étudiée va du XVIe au XXe siècle.

Programme version septembre 2004
Séminaire Histoire nationale I
2004-2005 SH et SE
Lundi 14-16 h. Salle A 211
François Walter

DE LA PEUR DES ÉLÉMENTS DÉCHAÎNÉS À LA CULTURE DU RISQUE :
LA GESTION DES RISQUES NATURELS DANS L'ARC ALPIN (XVIe-XXe SIÈCLE)


Dans les Alpes, comme dans tous les milieux extrêmes, les contraintes sont particulièrement fortes. Depuis des siècles, les populations alpines ont dû vivre avec le risque de la catastrophe naturelle. Le séminaire se propose de comparer différentes situations de risque (avalanches, éboulements, inondations) pour mettre en évidence des manières différentes de réagir aux calamités. Passivité, résignation ou au contraire élaboration de stratégies de gestion du risque, telles sont les attitudes que l'historien peut observer.

Le séminaire s'inscrit dans un plan d'études en histoire et, de ce fait, a en premier lieu des objectifs méthodologiques. Le but premier est d'acquérir un certain nombre de savoirs-faire :
1) Construire un objet de recherche (définition et délimitation) ;
2) Savoir passer du questionnement au document (quelles bases documentaires interroger) ;
3) Apprendre à intégrer un document dans une explication historique.

Pour cette raison, le séminaire se propose de travailler non seulement sur la littérature existante mais d'abord sur des sources documentaires originales (dans leur version publiée, pour des raisons pratiques évidentes), en confrontant des récits de catastrophes naturelles et des documents iconographiques. La période étudiée est vaste (du XVIe au XXe siècle) afin de permettre des comparaisons et de distinguer des évolutions.

Bibliographie:

Des lectures seront proposées en fonction de l'évolution des recherches. Pour définir le cadre méthodologique et les contextes pertinents, les étudiants sont invités à se référer à deux livres de base :

Robert DELORT et François WALTER, Histoire de l'environnement européen, Paris : PUF, 2001 (également une édition en italien Bari : Dedalo, 2001).

François WALTER, Les Suisses et l'environnement. Une histoire du rapport à la nature du 18e siècle à nos jours, Genève : éd. Zoé, 1990 (également une édition en allemand Zurich : Chronos 1991).

Plus particulièrement sur le sujet précis du séminaire, on utilisera :

Christian PFISTER (éd.), Le jour d'après. Surmonter les catastrophes naturelles : le cas de la Suisse entre 1500 et 2000, Berne : Haupt, 2002.

Calendrier des séances :

25 octobre 2004 : présentation du séminaire

1 novembre : Qu'est-ce qu'une catastrophe naturelle ?

8 novembre : La problématique du risque

15 novembre : Les catastrophes liées à l'eau

22 novembre : Les calamités liées à la météorologie

29 novembre : Les catastrophes dues au volcanisme et aux mouvements de la terre

6 décembre : La permanence des explications religieuses

13 décembre : L'évolution des explications scientifiques

3 janvier 2005 : Les signes annonciateurs. Jean-Philippe Loys de Cheseaux et son traité de la comète (1744).

10 janvier : Pas de séance de séminaire: Journée d'études Paysages à l'EHESS Paris autour du livre de François Walter Les figures paysagères de la nation

17 janvier : séance remplacée par la semaine en archives avec le séminaire II

24 janvier : Les sciences de la terre aux XVIIe et XVIIIe siècles

27-29 janvier: Colloque international « La perception du risque
entre histoire et actualité » au CMU

31 janvier : Le tremblement de terre de Lisbonne vu de Suisse par Elie Bertrand

7 mars : De Saussure et l'éboulement du Ruffiberg (1807)

14 mars : La débâcle du Gietro (1818)

21 mars : Se protéger du Rhône aux XVIIIe et XIXe siècle

4 avril : Les inondations de 1868 dans la presse locale

11 avril :

18 avril : Les endiguements systématiques des cours d'eau)

25 avril : Les catastrophes dans la littérature (XIXe-XXe siècles

2 mai : La gestion des forêts

9 mai : L'éboulement d'Elm en 1881 dans la presse et les périodiques

16 mai : (congé de Pentecôte)

23 mai : Les incendies de ville au XIXe siècle

30 mai : La correction des eaux du Jura

6 juin : Évaluation
13 juin : Conclusion

Place du séminaire dans le règlement d'étude :

Ce séminaire est valable pour les modules AB1, AB2, AB3, C1 et C2. On peut donc s'inscrire pour une attestation ou pour obtenir une évaluation notée hors session. Les exigences sont identiques pour tous les participants, à savoir :

- participation régulière obligatoire ;
- recherches ponctuelles en fonction des nécessités de la problématique (notamment recherches bio- et bibliographiques) ;
- compte rendus réguliers de l'avancement des travaux ;
- présentation orale d'un dossier ;
- contribution écrite en rapport avec la présentation orale.

L'évaluation portera sur les aspects suivants :
1) Travaux préparatoires (bibliographie et problématique) (10 %)

2) Contextualisation de la problématique (intégration du sujet dans un champ scientifique large) (10 %)

3) Pertinence et qualité de la recherche (traitement et mise en valeur des sources, respect des cadres critiques de la recherche) (40 %)

4) Présentation et pertinence formelle (respect des feuilles de style et mobilisation judicieuse des outils méthodologiques de l'historien) (20 %)

5) Aptitude à s'intégrer dans un travail de groupe (présence active, fiabilité des données fournies au groupe, respect des délais fixés) (10 %

6) Qualité des prestations orales (10 %)

barème :
60 % = 4
70 % = 4.5
80 % = 5
90 % = 5.5
100 % = 6

Pour obtenir une attestation de séminaire, il est nécessaire d'avoir une note égale ou supérieure à 4
Contact
Pour toute question ou difficulté, utilisez l'adresse email : francois.walter@lettres.unige.ch

© histoiresuisse.ch 2018 | confidentialité