Résumés des mémoires

LE COMTE, Elodie, Citadins au sommet. L'alpinisme genevois (1865-1980): un patrimoine culturel et sportif.

Malgré les liens qui, depuis l'épopée de SAUSSURE au Mont-Blanc, unissent Genève à l'histoire des Alpes et de l'alpinisme, ce patrimoine culturel et sportif à conservé, jusqu'à présent, un caractère souvent confidentiel. Dès la fin du XIXe siècle, la ville a vu naître près d'une centaine de clubs de montagne, qui témoignent de l'attrait exercé par les activités alpines sur ses habitants. Ce travail s'intéresse à trois de ces sociétés. Par sa vocation à rassembler et à représenter les amateurs des Alpes dans leur acception la plus large, la Section genevoise du Club alpin suisse était incontournable. Le club de l'ANDROSACE, fondée en 1920 sous le nom d'ONDINE DES ALPES, et le GAO (GROUPE ALPIN OUVRIER), fondé en 1945, représentent quant à eux le pôle de haut niveau de l'alpinisme genevois, dont ils ont contribué à forger la renommée internationale. Mêlant sources “traditionnelles” et histoire orale, cette recherche retrace l'activité de ces groupements. Elle entend également rendre hommage à certains acteurs qui, à des niveaux parfois différents, ont marqué un cercle, un style, une époque. L'alpinisme y est envisagé en tant qu'activité évolutive, expression des horizons d'attente d'une société et des tensions qui la traversent. À l'intérieur de l'espace genevois, c'est ainsi l'évolution du regard des alpinistes sur leur propre pratique qui est aussi mise en évidence dans cette analyse.

© histoiresuisse.ch 2018 | confidentialité